Comment faire face à l’isolement dû à la monoparentalité ?

Mère célibataire, femme divorcée, homme divorcé ou concubin séparé, c’est toujours une phase très critique de la vie et qui nécessite du temps selon le rythme de chacun pour pouvoir se reconstruire.

Il est encore plus difficile lorsqu’on se retrouve à la tête d’une famille avec des responsabilités envers des enfants sans partenaire pour aider à gérer le foyer et élever les enfants dans de bonnes conditions. Beaucoup de personnes se retrouvent parents un peu trop jeunes, ils sont dépassés à force de vouloir assumer, seuls, le rôle des deux parents, surtout pour les jeunes mères qui ont choisi de garder leur bébé.

Les difficultés de la monoparentalité

La monoparentalité va transformer la vie de telle façon que le parent seul va se consacrer à son enfant ou ses enfants en essayant de les faire vivre dans de bonnes conditions et leur apporter une assurance sociale, affective et financière, ce rôle qui devait être assumé par deux personne, se voit être endossé du jour au lendemain par une seule personne.

La situation est d’autant plus compliquée si ce parent ne travaillait pas auparavant et n’a aucune expérience, ni qualification pour se positionner dans le marché du travail. On se retrouve parfois à faire de petits boulots qui ne proposent pas de revenus dignes pour pouvoir vivre décemment.

Si la personne arrive à trouver un boulot, cela va occuper la grande partie de son temps afin de pouvoir consacrer le reste à ses enfants, d’autres choisissent les emplois à mi-temps pour pouvoir être là pour leurs enfants, car c’est très difficile de concilier entre le travail et les enfants quand on est en situation de monoparentalité.

La situation mentale de ces personnes est souvent très stressante, car ils courent après tout et essayent de faire de leur mieux pour donner le meilleur à leurs enfants. Ils vont passer à côté de beaucoup de choses qui peuvent contribuer à leur épanouissement et ne peuvent pas avoir de temps pour un loisir ou une passion. Ces gens n’ont presque plus de contact avec les autres et peu de relations qui pourraient avoir des perspectives d’avenir.

La monoparentalité et l’isolement

La vie d’une personne seule avec enfants à charge mène à des états de :

  • Routine et d’ennui ;
  • de tristesse et d’angoisse ;
  • d’isolement et de solitude.

Quand ces états sont là et s’installent l’un après l’autre, cela peut mener à la précarité mentale, beaucoup de personnes en situation de monoparentalité ont fini par être la proie de troubles psychiques et de dépressions nerveuses.

L’isolement joue sur le moral de la personne et est aussi ressenti par les enfants qui vont faire face à un sentiment qui leur était auparavant inconnu et dont ils ne savent rien, ce qui se répercute sur leur équilibre et sur leur scolarité.

Après l’isolement, il y a l’épuisement qui va gagner du terrain, chose qui arrive doucement et insidieusement, cela est aggravé par cette solitude car personne ne remarque le gouffre, la personne n’a aucun temps pour sortir ou rencontrer des amis ou sa famille pour discuter, personne ne peut voir venir cette dépression qui se dessine, car tout simplement, personne n’est là pour remarquer.

Il y a des associations d’aides aux familles monoparentales qui essayent de les sortir de leur isolement et d’apporter des aides concrètes pour booster ces gens qui souffrent de précarité et de vulnérabilité sociale et mentale. Certaines ont mené des actions concrètes, comme la création de colocations de parents seuls afin de réduire l’isolement et augmenter les chances de communication et d’entraide.

Il ne faut pas croire qu’en s’isolant, on réussit à mieux se concentrer sur l’essentiel, c’est au contraire un chemin obscure, il faut alors essayer de communiquer et apprendre sur sa propre situation à travers les autres pour avoir du recul et des solutions effectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *